Allongée sur le canapé, les mains posées sur son ventre, Anna fixait le plafond de ses grands yeux inquiets. Une fois de plus, la journée s’annonçait interminable. Pourtant, elle s’y était presque habituée depuis bientôt neuf mois. Quand elle avait décidé de devenir mère un an auparavant, elle savait pertinemment que ce ne serait pas une promenade de santé. Il n’empêche, cette attente mettait ses nerfs à rude épreuve. Elle ne pensait qu’à ce bébé qu’elle ne connaissait pas encore, à la joie que lui procurerait leur première rencontre, à la couleur de ses cheveux, de ses yeux…

Se tournant vers la grande baie vitrée de sa petite maison où le soleil cognait avec ardeur, elle sentit son estomac se nouer plus violemment que d’ordinaire. Était-ce pour aujourd’hui ? C’était probable, mais elle ne voulait pas trop y croire, de peur d’être déçue une fois de plus.

Elle poussa un long soupir, puis alla se poster devant la fenêtre de la cuisine, là où elle pouvait observer les allées et venues du voisinage.
Il y avait Mme Jaspard, toujours tirée à quatre épingles quelles que soient les circonstances ; le boulanger Mr Rossier, courant après son chien Alphonse ; deux automobilistes à l’arrêt, prêts à en venir aux mains pour une stupide histoire de priorité à droite ; puis il y avait Anna, épiant chacun de leurs mouvements. Mais son regard cherchait ailleurs, elle ne s’intéressait guère aux commérages et chicaneries du quartier.

Quand le téléphone sonna, elle se rua dans l’entrée pour décrocher. La voix tremblotante, elle chuchota presque :
– Allô ???
– Bonjour ma chérie, tu vas bien ?
– Maman… dit-elle sur un ton exaspéré.
– Eh bien ! Tu as l’air ravie de m’entendre… Ça fait plaisir, ajouta-t-elle.
– Désolée maman… C’est juste que j’attends un coup de fil, je ne vais pas pouvoir te parler très longtemps.
– Tu as au moins le temps de me dire comment tu vas, ou c’est trop te demander ?
Anna, radoucie, prit une grande inspiration avant de se lancer :
– Ça va oui, affirma-t-elle. Je trouve juste le temps long. On approche des neufs mois alors…
– Alors tu n’as plus beaucoup à patienter ! lança sa mère optimiste. Que penses-tu faire de beau aujourd’hui ?
Anna ne répondit rien.
– Anna ? Tu es toujours là ?

La voix de sa mère était lointaine à présent, et Anna concentrait toute son attention sur les bruits provenant de l’extérieur. Sans plus attendre, elle lâcha le combiné et fonça droit devant elle, pieds nus et uniquement vêtue d’une chemise de nuit. Elle ne prêta aucune attention au facteur qui remontait sur son vélo, elle plongea sa main dans la boîte aux lettres pour en retirer une seule et unique enveloppe. Arrachant le papier, elle déplia à la hâte une simple feuille pliée en trois, où elle put lire ces quelques lignes :

Madame, votre demande d’agrément en vue d’une adoption a été acceptée par nos services. Bien cordialement.

Ce n’était que le début d’un long chemin sinueux mais les larmes aux yeux, Anna sut enfin qu’elle allait devenir maman… un jour ou l’autre.

Mots En Scène

Blog à tendance minimaliste et slow lifestyle

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookPinterestGoogle Plus

Share:
Written by Mots En Scène
Blog à tendance minimaliste et slow lifestyle